Quand la Tour ne tint qu’à un fil…(2/2)

Une révolution technique : la triode

Reprenant les travaux de Sir Ambrose Fleming et de Lee de Forest, l’équipe de Ferrié, notamment le professeur Henri Abraham, développe en 1915, malgré les difficultés liées à la conjoncture, la première lampe à trois électrodes française ( triode baptisée lampe T.M. pour télégraphie militaire). Ces premières lampes (ou tubes à vide) à montage vertical et culot à vis restent fragiles et supportent difficilement les transports, mais vont permettre d’allonger les distances des liaisons et de développer les systèmes d’amplification, de radiogoniométrie et d’écoutes. La durée de vie de ces composants est relativement courte (quelques centaines d’heures).

En octobre 1915, est déposé un brevet français d’une triode baptisée « la loupiote » !

Lire la suite

Il y a cinquante ans, un graffiti ou l’instruction des transmetteurs en 1955-1965

Dans le cadre du 70ème anniversaire de la création de l’Arme des Transmissions, Fortification et Mémoire a choisi de s’intéresser à ce graffiti découvert sur le parement en briques de la porte latérale d’un magasin à poudre du fort de Bicêtre (94).

Il nous indique qu’un certain Zeltner.S, appelé du contingent, incorporé en janvier 1962 a gravé le 30 juin 1962 son appartenance (du moment ?) au Centre d’Instruction des Transmissions n°88.

Cette recherche va nous conduire sur les traces de l’instruction des transmetteurs du contingent au début des années 1960. lire la suite de l’article