D’Haxo à Mougin ou de la maçonnerie à la fonte (1/2)

La tourelle Mougin du fort de Villey-le-Sec à Toul.

Dans cet article, les documents mentionnés : «Collection Vaubourg Cédric» ou «Collection Vaubourg Julie» ou «Collection Vaubourg Cédric et Julie» ou «www.fortiffsere.fr» sont publiés avec l’extrême amabilité de monsieur et madame Cédric et Julie VAUBOURG. Ces documents sont extraits de leur site : www.fortiffsere.fr, le site web sur la fortification Séré de Rivières.

Dans cette première partie d’un article en deux parties, consacré aux premières casemates cuirassées, Fortification et Mémoire s’intéresse, succinctement, aux adaptations de l’artillerie de forteresse face aux perfectionnements de l’artillerie de siège avec les premières casemates maçonnées. Puis, vous propose une petite histoire du cuirassement, d’Haxo à Mougin, avant de conclure par les expériences conduites au fort Liédot et par les travaux de la Commission de Gâvres.

Lire la suite

Les fortifications du Chemin des Dames : le fort de la Malmaison (6/6)

Vue du ciel du fort de la Malmaison et du cimetière allemand. Les ruines du fort sont entièrement recouvertes par un bosquet. Le cimetière allemand de La Malmaison rassemble les corps des soldats du Reich tombés durant la Seconde Guerre mondiale, en particulier en 1944 lors de l’offensive alliée de la Libération, notamment lors de la percée d’Avranches. 11 841 corps reposent dans ce lieu inauguré le 21 août 1965. Les premiers corps ont été ramenés dès 1941 par trains spéciaux des sites des monts de l’Aisne (offensive de 1940). Collection Géoportail.

Dans cette sixième et dernière partie, Fortification et Mémoire vous entraîne dans les ruines du fort de la Malmaison. Parfois surnommé « Le Sacrifié », il a servi de terrain d’expérimentation pour les nouveaux projectiles nés de la crise dite « de l’obus-torpille ». De plus, il eut à subir les combats de la bataille de la Malmaison du 23 octobre au 26 octobre 1917.

  Lire la suite

Les fortifications du Chemin des Dames : les conséquences de la crise de l’obus-torpille (5/6)

Celui par qui tout est arrivé : Eugène Turpin, découvreur de la mélinite. Il pose en compagnie de « la turpinite », un obus de son invention. Collection gallica.fr

Dans cet avant-dernier article sur les fortifications du Chemin des Dames, nous allons aborder les points essentiels d’une crise qui va révolutionner, ou tout du moins bouleverser les concepts de la fortification alors en vigueur et entraîner la mise en place de solutions pour tenter de contrer la nouvelle menace. Cette nouvelle menace, connue sous le nom de « crise de l’obus-torpille » va obliger à modifier les forts existants et définir de nouvelles normes de construction.

Lire la suite