Quand la ligne Maginot se met à l’eau (3/3) ou la ligne Maginot aquatique

 

 

Jalonnement de la Route de la ligne Maginot aquatique.

Jalonnement de la Route de la ligne Maginot aquatique.

Les grands secteurs de la ligne Maginot sont aménagés prioritairement entre 1932 et 1934. Les différentes commissions se mettent d’accord pour ne pas fortifier le long de la frontière de la Sarre, région détachée de l’Allemagne par le traité de Versailles (1919), et qui pouvait, dans les 15 ans, par plébiscite, sinon se joindre à la France, du moins devenir indépendante et donc neutre. Cet espace vide de 35 kilomètres entre les Régions Fortifiées de la Lauter et de Metz est appelé « la trouée de la Sarre ». Il se présente comme une « porte d’entrée », un couloir pour un ennemi potentiel. Contrairement aux autres Régions Fortifiées, « la trouée de la Sarre » présente la particularité de ne pas comporter de gros ouvrages, ni d’avoir bénéficié d’importants travaux de fortification. Si cette zone ne dispose pas d’un système de fortification à l’instar des Régions Fortifiées, elle propose une fortification hydrique complétée par de nombreux blockhaus dans chaque secteur ; il s’agit d’organes de défense et de protection situés aux points stratégiques de la zone inondable, protégeant les barrages, les digues, les carrefours routiers ou les observatoires.

Cette « trouée de la Sarre » ou « trouée de Bénestroff » fait l’objet de notre troisième partie.

Le secteur fortifié de la Sarre ou la Ligne Maginot aquatique

Carte schématique montrant la position de la « Trouée de la Sarre » constituant une brèche dans la Ligne Maginot. Elle se présente comme une zone vulnérable où les positions défensives sont peu favorables. Collection Ascomémo-Hagondange. Collection Ascomémo-Hagondange.

Le Secteur Défensif de la Sarre s’étend des limites du Secteur Fortifié de Faulquemont (Lelling-Bois de Vahl Ebersing) jusqu’à celles du Secteur Fortifié de Rohbach (Sarralbe exclu). Il assure donc le lien entre les deux grandes régions fortifiées de Metz et de la Lauter. Ces frontières furent cependant très fluctuantes au gré de la réorganisation des corps d’armées et armées du front. Il deviendra Secteur Fortifié de la Sarre à partir du 15 mars 1940.

Il est l’unique secteur fortifié de la ligne Maginot dont la fortification est essentiellement basée sur l’utilisation des inondations défensives. Il ne comporte pas d’ouvrages d’artillerie ou d’infanterie type Commission d’Organisation des Régions Fortifiées (C.O.R.F.) et est constitué d’avant-postes, d’une ligne de résistance constituée de casemates Service Technique du Génie (S.T.G.) et de blockhaus construits par la Main d’Œuvre Militaire (M.O.M.) ainsi que d’une seconde ligne de casemates Commission d’Étude des Zones Fortifiées (C.E.Z.F.) dont la construction lancée tardivement en fin 1939