La casemate de Bourges ou le flanquement des intervalles (3/4)

Casemate d’artillerie de Bettlach de construction Service Technique du Génie (Haut-Rhin, secteur défensif d’Altkirch). Façade avant de la casemate réduite pour deux canon de 75 millimètres modèle 1897-1933 dont l’essieu repose sur deux chaises support d’essieu, les roues étant démontées. A remarquer les visières particulières tracées en fonction de la hausse permise par le nouvel affût du canon de 75 millimètres modèle 1987-1933. © Julien Depret.

Dans ces troisième et quatrième parties, Fortification et Mémoire va s’intéresser à la dernière évolution de la casemate de Bourges : son intégration dans la ligne Maginot. Pour nous guider, nous avons ressorti de notre bibliothèque un article de monsieur Julien Dupret, paru dans Fortification & Patrimoine en 2001, intitulé : «Les casemates pour le canon de 75 de campagne sur la ligne Maginot».

Le flanquement des intervalles sur la Ligne Maginot

Chargée d’étudier, sur le terrain, les lieux d’implantation des fortifications, de dessiner les plans des fortifications à édifier, de suivre la réalisation des fortifications et de définir et faire étudier de nouveaux matériels devant équiper les fortifications, la Commission d’Organisation des Régions Fortifiées (C.O.R.F.) créée en 1927 est dissoute le 1er janvier 1936, et comme l’écrit Roger Bruge :       « …ce qui signifie que la ligne Maginot première formule est terminée, mais aussi que l’époque de la fortification puissante est révolue.»

Le général Maurice Gamelin, le nouveau chef de l’armée française depuis 1935, explique ainsi cette décision : «…L’œuvre accomplie représentait déjà une dépense de près de 5 milliards. Il en faudrait autant, au minimum, pour la prolonger dans le Nord. […] D’où la résolution de nous contenter, en dehors des perfectionnements que j’indiquais plus haut : Montmédy, Maubeuge, Rohrbach de créer des parties du front non fortifié ″une ossature de champ de bataille″ en réalisant des obstacles antichars, des réseaux de fils de fer et un certain nombre de casemates légères ou de blockhaus assurant le système de feux de base de flanquement

La Section Technique du Génie (S.T.G.) prend alors la relève et développe des notices techniques à destination des commandants régionaux pour tout ce qui concerne les positions dites « de campagne ». Parmi elles, se trouvent les plans de casemates de flanquement pour canons de 75 millimètres modèle 1897-1933 (en 1933, un affût biflèche à grand champ de tir horizontal fut adopté, le canon prend la désignation de 75 millimètres modèle 1897-1933). L’emploi de pièces de campagne se justifie car ces positions d’intervalles sont destinées à être occupées par les troupes stationnées dans les secteurs correspondants et armées par leurs pièces de dotation.

Basée sur le principe de la casemate de Bourges et inspirée des travaux de la C.O.R.F., est définie l’organisation de la casemate réduite pour canons de 75 millimètres modèle 1897-1933. Elle se voit ensuite déclinée pour une seule pièce sous casemate réduite ou légère, puis pour deux pièces de 75 millimètres modèle 1897 sur affût de casemate.

La majorité de ces casemates sera réalisée (pour des raisons économiques) par la main-d’œuvre militaire (M.O.M.), sur des crédits annuels accordés aux régions militaires. Cette M.O.M. est composée du personnel des troupes de forteresse et des divisions de couverture. Après la mobilisation de 1939, la masse des effectifs permet de donner à l’opération un développement considérable.

Des soldats et des ouvriers construisant un ouvrage sur la ligne Maginot en Moselle durant la période 1939-1940. Collection ECPAD.

Les casemates de flanquement

  • La casemate réduite pour deux canons de 75 millimètres modèle 1897-1933.
  • La casemate réduite pour un canon de 75 millimètres modèle 1897-1933.
  • La casemate pour deux canons de 75 millimètres modèle 1897-1933.
  • La casemate légère pour un canon de 75 millimètres modèle 1897-1933 ou de 75 millimètres modèle 1897 sur affût de casemate.
  • La casemate pour deux canons de 75 millimètres modèle 1897 sur affût de casemate.

La casemate réduite pour deux canons de 75 millimètres modèle 1897-1933

Plan type pour une casemate réduite pour deux canons de 75 millimètres modèle 1897 – 1933 de campagne. Plan Julien Depret.

Cette casemate possède un abri pour le matériel et les munitions. Elle ne comporte pas de locaux annexes, de ventilation et de groupe électrogène. En fonction de son défilement, elle est construite à un niveau de protection 2 ou 3.

Type de protection 2 3
Jusqu’au calibre de 240 300
Dalle 2,00 mètres 2,50 mètres
Épaisseur murs exposés 2,25 mètres 2,75 mètres
Façades non exposées 1,00 mètre 1 mètre à 1,30 mètre
Radiers, planchers 1,00 mètre à 1,25 mètre selon les cas

Elle comporte un unique étage composé de deux chambres de tir pour pièces de 75 millimètres à flèches ouvrantes, une soute à munitions, deux soutes à détonateurs, un local technique initialement prévu pour un groupe électrogène, une chambre à deux lits pour officiers et le central téléphonique, des latrines et un hall de déchargement.

En l’absence d’électricité ou de groupe électrogène, l’éclairage est assuré par des lanternes à bougies ou des lampes à pétrole.

Le stockage des munitions peut être prévu dans une soute creusée dans le radier de la casemate pouvant être recouverte par un plancher en bois. Les fusées sont stockées dans deux locaux séparés. L’approvisionnement des munitions est assuré à la main. Le poids des projectiles est de 7 kilogrammes. Les munitions sont stockés au nombre de 500 par pièce (1 000 coups par casemate). Les fusées sont entreposées dans un petit local fermé. La portée maximale de ce canon est de 11 000 mètres, sa portée utile de 8 500 mètres.

Organisation des chambres de tir

Les pièces sont amenées sans démontage dans les chambres de tir. Les roues sont enlevées et les fusées d’essieu posées sur des chaises métalliques (ces chaises support d’essieu sont mises au point par le Parc Régional de Réparation et d’Entretien du Matériel (P.R.R.E.M.) de Belfort). Les bêches des flèches sont encastrées dans le béton du radier par l’intermédiaire de fourrures en bois. À la construction, deux trous sont aménagés dans le radier. À l’avant et à l’arrière de ces trous, des fers en « I » sont noyés dans le béton afin d’assurer une bonne répartition des pressions exercées par les bêches, soit pendant le recul soit pendant la nouvelle mise en batterie de la pièce.

Dans la chambre de tir, une fosse peut être creusée de sorte qu’elle soit disposée sous la culasse pour permettre un recul du tube plus long et autoriser un tir vertical jusqu’à 45 degrés.

La pièce est mise en place grâce à un rail aérien muni d’un palan de 1 500 kilogrammes installé dans l’axe des chambres de tir. Un réservoir de 100 litres d’eau est installé dans le vestibule de la chambre de tir pour le refroidissement des pièces.

Une des chambre de tirs peut contenir les huit couchettes rabattables superposées pour l’équipage.

Détails de l’installation pour matériel de 75 millimètres modèle 1897-1933 sous casemate. Plan Julien Depret.

L’accès ou les deux accès pour les pièces situées dans l’axe des chambres de tir permettent, après y avoir fait passer les pièces, d’y placer un mur de protection constitué de rails glissés dans des rainures ainsi qu’une porte métallique à deux vantaux. Dans l’interstice, on insère des sacs de terre. Le tout jusqu’à une grille de 80 centimètres de haut formant une imposte et assurant ainsi la ventilation de la chambre de tir.

Les embrasures

Chaque embrasure permet le tir en direction de 45 degrés et en site de 0 degré à + 40,5 degrés. Si la casemate doit assurer des tirs rapprochés contre des cibles mobiles, l’embrasure doit être modifiée en conséquence sans ne jamais dépasser – 5,4 degrés en site négatif.

Ce qui caractérise ces casemates est la dimension de l’embrasure dans la partie frontale. Pour le 75 millimètres, elle est de 1,70 mètre sur 0,95 mètre donnant  1,10 mètre sur 0,80 mètre dans l’intérieur de la chambre de tir. Elles peuvent être  équiper ou non de trémies métalliques.

Les transmissions

La casemate est reliée au réseau téléphonique souterrain de la ligne Maginot. L’arrivée du câble se situe au niveau du radier du local téléphonique ou débouchent des fourreaux métalliques.
L’équipement téléphonique de la casemate est réalisé avec des matériels de campagne modèle 1932 (Téléphonie Militaire modèle 32).

Le local téléphonique contient (généralement) les équipements suivants :

  • un central téléphonique à 4 ou 8 directions placé dans un carter en fonte muni d’un joint d’étanchéité ;
  • un téléphone étanche (réseau d’alerte) ;
  • un boitier de protection pour départs des lignes de campagne ;
  • un boitier répartiteur type 2 à 28 circuits ;
  • un boitier translateur simple.

Au sujet de ces casemates, monsieur Pierre Vanderputten, qui fut l’un des spécialistes français de l’histoire de la fortification contemporaine, écrit dans son livre « Histoire de la défense de la frontière du Nord » : « …on retrouvait là un nouveau témoignage de l’incompatibilité du matériel de campagne et du béton, déjà vue avec le canon de 25. Elle est due simplement au fait que les dimensions de l’embrasure sont liées aux possibilités de tir que l’on veut se donner. En direction, un champ de tir de 50 grades est généralement satisfaisant. En hauteur, on est tenté de vouloir utiliser le plus possible les possibilités des capacités de l’affût : par exemple, on a voulu atteindre 45 grades avec le 75 Mle 97/33. Les amplitudes de tir ayant été fixées, les dimensions d’exécution de l’embrasure bétonnée dépendent de la distance entre les deux axes de rotation de l’arme (pour le pointage en direction et en hauteur) et la face interne du mur où elle se découpe. Or, ces deux axes sont sensiblement dans le plan vertical de l’essieu. Le seul moyen de réduire l’embrasure est de rapprocher l’axe du mur. Il est évident que l’embrasure minimum d’une arme donnée pour un champ donné est obtenue quand les roues de son affût touchent le mur. On peut bien sûr démonter et poser les fusées de l’essieu sur 2 supports scellés au plus près du mur. Un tel oubli des enseignements de la grande guerre, un tel mépris des réalisations de la C.O.R.F. ne pouvaient faire que le désespoir des officiers du génie des chefferies de fortification, qui parlaient des «tatas» ou des «sarcophages préétablis de la fortification de campagne durable» qu’on leur faisaient construire depuis 1935. On parlera plus tard de camelote ! ».

Le cout de construction de la casemate est approximativement de 2 370 000 francs, coût standard de ce type de construction.

 

Plan de la casemate réduite pour deux canons de 75 millimètres modèle 1897-1933 de campagne avec une cloche G.F.M.. Plan Julien Depret.

Neuf casemates de ce type ont été recensées.

Dans le secteur fortifié des Vosges

  • La casemate d’artillerie de Biesenberg dans le massif du Biesenberg sur la commune de Bitche (57230). Construite par la M.O.M., elle est prévue pour deux canons de 75 millimètres modèle 1933 sur bèches. Elle ne dispose pas de cuirassement spécifique. Elle permet de flanquer les casemates et inondations de la vallée de la Schwarzbach, et ceci avec sa jumelle du Langenberg à Windstein. Elle était servie par le 168e Régiment d’Artillerie de Position (R.A.P.).

Situation géographique de la casemate de Biesenberg. Source Géoportail

Vue sur les embrasures de la casemate de Biesenberg. Noter le "nez" séparant les deux embrasures. Photographie Pascal Lambert.L'entrée de la casemate. Avec un premier observatoire visible au niveau du mur gauche. Photographie Pascal Lambert.Emplacement gauche de la pièce. La fosse creusée sous la culasse permet le recul du tube plus long et autorise un tir vertical jusqu'à 45 degrés. Au fond des caissons à munitions. Photographie Pascal Lambert.Embrasure et emplacement de droite pour la pièce. Photographie Pascal Lambert.      
  • La casemate d’artillerie de Windstein sur la commune de Windstein (67110). Construite par la M.O.M., elle est prévue pour deux canons de 75 millimètres modèle 1933 sur béches. Elle ne dispose pas de cuirassement spécifique. Elle permet de flanquer les casemates et les inondations de la vallée de la Schwarzbach, tout comme sa jumelle du Biesenberg située à l’opposé de la vallée. Elle était servie par le 168e Régiment d’Artillerie de Position (R.A.P.).

Situation géographique de la casemate de Windstein. Source Géoportail.

   Les deux embrasures des pièces d'artillerie et la ligne "coup de vent" de leurs étonnantes visières. Photographie GRAMI.L'entrée de la casemate. Photographie GRAMI.La chambre de tir de droite et sa "fosse". La fosse creusée sous la culasse permet le recul du tube plus long et autorise un tir vertical jusqu'à 45 degrésPhotographie GRAMI.L'embrasure et la chambre de tir. Photographie GRAMI.    

Dans le secteur fortifié d’Altkrich

  • La casemate d’artillerie d’Uffheim nord-est sur la commune d’Uffheim (68510). Construction S.T.G.. La casemate existe toujours, enserrée au milieu d’un lotissement. Le chemin d’accès est privé.

La façade de la casemate d’Uffheim. Collection lignemaginot.com – Droits réservés.

  • La casemate d’artillerie d’Uffheim nord-ouest sur la commune d’Uffheim (68510). Construction S.T.G.. Complètement remblayée dans un nouveau lotissement. Seules les traces des structures sont visibles.

La partie visible de la casemate. Photographie Christophe W.

La casemate d’Uffheim nord-ouest. Collection Géoportail.

  • La casemate d’artillerie de Sierentz-Hôpital sur la commune de Sierentz (68510). Construction S.T.G.. Un observatoire bétonné doté d’un créneau observatoire a été coulé contre sa façade. Aujourd’hui remblayée.
  • La casemate d’artillerie de Breitenhaag sur la commune de Breitenhaag (68130). Construction S.T.G.. Aujourd’hui transformée en local.

Face avant de la casemate de Breitenhaag. Désormais, les embrasures sont remplacées par des fenêtres, sans doute pour rendre la casemate habitable (?). Collection lignemaginot.com – Droits réservés.

  • La casemate d’artillerie de Bettlach sur la commune de Bettlach (68480). Construction S.T.G.. Elle est réalisée en protection 3 , la dalle a une épaisseur de 2,50 mètres et les murs exposés, une épaisseur de 2,75 mètres. L’équipage de la casemate est issu du 159e R.A.P(Régiment d’Artillerie de Position). Les essieux des pièces d’artillerie reposent sur deux chaises support d’essieu, les roues étant démontées. La casemate est reliée par câbles enterrés à un réseau téléphonique. Elle est équipée d’un central « TM 32 » à 8 directions sous carter étanche. Si vous disposez d’un compte facebook, vous aurez un magnifique aperçu de cette casemate (photographies et vidéo) et laissez des commentaires pour encourager l’association de sauvegarde.

Situation géographique de la casemate de Bettlach. Source Géoportail.

  

Facade avant de la casemate de Bettlach. Photographie : D. Froehly.Les deux entrées pour les piéces, normalement obturées par des poutrelles acier empilées et l'entrée pour le personnel sur la droite. Photographie : Antoine Schoen.La pièce d'artillerie dont les roues démontées était mise en place sur ces chaises support d'essieu. Photographie : Antoine Schoen.Dispositif d'ancrage des fléches. Photographie : Antoine Schoen.      
La chambre de tir numéro 2. Photographie : D. Froehly.Détail de l'entrée du matériel. Dispositif devant servir à lever les rails de porte. Photographie : D. Froehly.Entrée des hommes : les deux portes blindées. Photographie : D. Froehly.Citerne de réserve d'eau. Photographie : D. Froehly.      
  • La casemate d’artillerie d’Oltingue sur la commune d’Oltingue (68480). Construction S.T.G. Les essieux des pièces d’artillerie reposent sur deux chaises support d’essieu, les roues étant démontées.

Situation géographique de la casemate d'Oltingue. Source Géoportail.Facade avant de la casemate d'Oltingue.Entrée matériel de gauche avec ses rails de protection devant les portes, et l'aération en partie haute. Particularité de cette casemate, les entrées sont dans un hall couvert par la dalle de la casemate. Photographie : D. Froehly.Chambre de tir coté gauche. Vue donnant sur l'entrée des munitions avec la porte à 2 battants entrouverte et les rails de protection en place. Cette chambre est plus petite que celle de droite du fait de l'absence de couloir vers l'entrée des hommes qui se fait par la chambre de tir de droite. Photographie : D. Froehly.Chambre de tir gauche. Vue sur le créneau de tir FM et sur la goulotte à grenades protégeant l'accès aux entrées des hommes et des munitions. Photographie : D. Froehly.

Chambre de tir de droite. Vue coté embrasure intérieure. Au plafond, se trouve le rail Tourtelier utilisé pour la mise en place de la pièce sur son support. Photographie : D. Froehly.La chambre du chef de casemate, avec les installations téléphoniques. Photographie : GRAMI.Chambre de tir de droite. Vue coté entrée des munitions qui donnait directement dans la pièce servant également de chambre de repos avec 8 lits, les supports sont encore en place. Au plafond, se trouve le monorail Tourtelier utilisé pour la mise en place de la pièce sur son support. Photographie : D. Froehly.Local technique : support prévu pour le groupe électrogène. Photographie : D. Froehly.      
  • La casemate d’artillerie de Radersdorf sur la commune de Raedersdorf (68480). Construction S.T.G.. La casemate a été intégralement remblayée, seule trace restante, une partie de la dalle supérieure.

La casemate réduite pour un canon de 75 millimètres modèle 1897-1933

Plans de casemates réduites pour une pièce de 75 millimètres modèle 1897-1933 de campagne. Plans Julien Deprey.

Elle possède les mêmes caractéristiques que la casemate réduite pour deux canons de 75 millimètres modèle 1897-1933, hormis le nombre de pièces. La casemate de la Laiterie (secteur fortifié de Montmédy) est, quant à elle, dotée d’une cloche guetteur fusil mitrailleur de type B (G.F.M.B). Elle est la seule dans cette configuration.

Neuf casemates de ce type ont été recensées.

Dans le secteur fortifié des Vosges

  • La casemate d’artillerie de Flize-Charlemagne sur la commune de Dom-le-Mesnil (08160). Construction S.T.G.. La défense rapprochée de la casemate de Flize est assurée par trois créneaux pour fusil mitrailleur.

Situation géographique de la casemate de Flize-Charlemagne. Source Géoportail.

Face avant de la casemate de Flize : l'embrasure pour le canon de 75 millimètres et deux créneaux pour fusils mitrailleurs. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.L'entrée des hommes et un créneau pour fusil mitrailleur. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.L'entrée des hommes et sur le côté, celle de la pièce d'artillerie. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.L'ouverture pour faire entrer le canon dans la casemate. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.      
  • La casemate d’artillerie de Nouzonville sur la commune de Nouzonville (08700). Construction S.T.G.. La casemate est au contact de l’ennemi dés le 13 mai. La casemate était servie par des artilleurs de la 9e batterie, 3e groupe du 160e R.A.P.. Elle sera la dernière du secteur à tirer et tombera le 15 mai après avoir tiré plus de 500 obus.

Situation géographique de la casemate de Nouzonville. Source Géoportail.

La facade avant de la casemate de Nouzonville, l'embrasure du canon de 75 millimètres et les deux créneaux pour fusil mitrailleur. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.L'entrée des hommes et de la pièce d'artillerie. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.L'entrée pour la pièce d'artillerie et son créneau de défense rapprochée. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.La chambre de tir. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.      

Dans le secteur fortifié des Ardennes

  • La casemate d’artillerie du Grand Paquis sur la commune de Remilly Aillicourt (08450). Construction S.T.G.. La défense rapprochée de la casemate de Grand Paquis est assurée par trois créneaux pour fusil mitrailleur, un devant l’embrasure du canon, et deux autour de l’entrée des hommes.

Situation géographique de la casemate du Grand Paquis. Source Géoportail.

Facade avant de la casemate du Grand Paquis. L'embrasure du canon de 75 millimètres, l'entrée du matériel et les deux créneaux pour fusils mitrailleurs. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.Détail de l'embrasure du canon de 75 millimètres. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.L'entrée des hommes. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.Détail de la chambre de tir : la fosse et les fixations des supports de la pièce, lorsque les roues sont retirées. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.      
  • La casemate d’artillerie de Chyberchamp sur la commune de Brevilly (08140) Construction S.T.G. Deux créneaux fusil mitrailleur pour la défense des abords et des entrées.

Situation géographique de la casemate de Chyberchamp. Source Géoportail.

La casemate de Chyberchamp.

Dans le secteur fortifié de Montmédy

  • La casemate d’artillerie d’Euilly sur la commune d’Euilly-et-Lombut (08210). Construction S.T.G.. La casemate est dotée de deux créneaux pour fusil mitrailleur pour la défense rapprochée. De construction sommaire, elle ne comporte pas de logements pour les servants de la pièce.

Situation géographique de la casemate d’Euilly. Source Géoportail.

La casemate d’Euilly. Photographie R. Tucker.

  • La casemate d’artillerie de Villy Est sur la commune de la Ferté-sur-Chiers (08370). Construction S.T.G.. Le plan type utilisé est sommaire et ne prévoit pas le logement de l’équipage. La défense rapprochée de la casemate est assurée par trois créneaux pour fusil mitrailleur. Elle était servie par du personnel du I/169° R.A.P.. La casemate a été évacuée le 17 mai 1940.

Situation géographique de la casemate de Villy Est. Source Géoportail.

La casemate de Villy Est, vue côté embrasure d'artillerie. Photographie Pascal Lambert.Gros plan sur l'embrasure d'artillerie. Auteur : Jean-Louis Aublet & Sylvie Mainguin.Vue de la casemate coté entrées du personnel (murée, a gauche) et de la pièce (a droite). Auteur : Jean-Louis Aublet & Sylvie mainguin.L'intérieur de la chambre de tir. Collection Alex Ries.      
  • La casemate d’artillerie de Villy Ouest sur la casemate de Villy (08370). Construction S.T.G. Le plan type utilisé est sommaire et ne prévoit pas le logement de l’équipage. La défense rapprochée de la casemate est assurée par trois créneaux pour fusil mitrailleur. Elle était servie par du personnel du I/169° R.A.P.. La casemate a été évacuée le 17 mai 1940. Le 15 mai 1940 elle a tiré 800 obus sur sa dotation de 1 500.

Situation géographique de la casemate de Villy Ouest. Source Géoportail.

Facade de la casemate de Villy Ouest : l'embrasure d'artillerie et les créneaux de défense rapprochée. Collection Pascal Lambert.L'entrée pour la pièce. Collection : Pascal Lambert.La casemate vue du coté de l'entrée du personnel. Collection Pascal Lambert.La chambre de tir, on apercoit un des deux dispositif d'ancrage des flèches. Est visible une des rainunes dans lesquelles on installe les rails pour obstruer l'ouverture. Auteur : Jean-Louis Aublet & Sylvie Mainguin.      
La chambre de tir : l'embrasure pour le canon de 75 millumètres avec l'un des ancrages pour les bêches du canon au premier plan. Auteur : Pascal Lambert.L'entrée avec son créneau de défense rapprochée et une goulotte à grenades. Auteur : Pascal Lambert.L'arrivée des câbles téléphoniques. Auteur : Pascal Lambert.La zone couverte par la casemate. Auteur : Pascal Lambert.      
  • La casemate d’artillerie de La Laiterie sur la commune de Thonnelle (55600). Construction S.T.G.. Elle possède une cloche G.F.M. de type B (ferraillée).

Situation géographique de la casemate de la Laiterie. Source Géoportail.

La casemate de La Laiterie avec sa cloche G.F.M.. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.L'entrée du matériel et son créneau de défense rapprochée. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.La chambre de tir et son embrasure. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.La cloche Guetteur-Fusil-Mitrailleur. Collection lignemaginot.com - Droits réservés.      
  • La casemate d’artillerie de Villécloye sur la commune de Villécloye (55600). Construction S.T.G..

Situation géographique de la casemate de Villécloye. Source Géoportail.

Casemate de Villecloye. Auteur : Jean-Louis Aublet & Sylvie Mainguin.Vue rapprochée de la facade de la casemate. Auteur : Jean-Louis Aublet & Sylvie Mainguin.La chambre de tir. Auteur : Jean-Louis Aublet & Sylvie Mainguin.L'entrée des hommes. Auteur : Jean-Louis Aublet & Sylvie Mainguin.      

A suivre…

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *