Mont-Dauphin : Villeneuve, Vauban et d’Arçon (4/4)

À l’heure de quitter la place forte de Mont-Dauphin, nous ne pouvions partir sans faire un arrêt sur un élément architectural particulier, exceptionnel et unique : sa lunette d’Arçon. Pour la place forte, Vauban préconise déjà en 1700 la construction de trois éléments défensifs avancés. Une première demi-lune, héritière de ce projet, est construite entre 1728 et 1731. Les deux autres éléments n’ont jamais été réalisés. Cette demi-lune est ensuite modifiée selon les principes du général d’Arçon par l’ajout d’une tour de sécurité reliée à la place forte par un souterrain, pour devenir la lunette d’Arçon.

Lire la suite

Mont-Dauphin : Villeneuve, Vauban et d’Arçon (2/4)

Carte postale de Mont-Dauphin et de ses environs :  « Aux remparts de marbre rose ville créée par Vauban sur un roc dominant, d’où l’on découvre les neiges éternelles du Pelvoux et des Ecrins dans un climat à la fois provençal et alpestre. » Le rocher sur la photographie en bas et à gauche est dénommé la « Main du Titan ».

Dans cette deuxième partie, nous suivons l’ingénieur Villeneuve dans ses relevés de la place forte de Mont-Dauphin et de ses environs. Puis, nous reviendrons sur l’évolution de la place forte entre 1700, année de la dernière visite de Vauban, jusqu’au début des années 1800.

Emboîtons le pas de l’ingénieur Villeneuve…

Lire la suite

Mont-Dauphin : Villeneuve, Vauban et d’Arçon (1/4)

La place forte de Mont-Dauphin vue depuis Risoul.

Préambule
En premier lieu, Fortification et Mémoire tient tout particulièrement à remercier monsieur Nicolas Faucherre pour son autorisation de mettre en ligne cinq planches de la place forte de Mont-Dauphin, publiées dans son livre « la place forte de Mont-Dauphin – L’héritage de Vauban » [Actes sud / Cité de l’Architecture – 2007] pour illustrer ces articles. Nous tenons également à remercier la société Aristeas [Aristeas / éditions Honoré Clair, 6 rue de la Roquette – 13200 Arles, contact : 09 51 61 32 00 /www.aristeas.fr / www.editions-honoreclair.fr], le concepteur graphique de ces planches, de nous les avoir fournies en haute définition. Cette haute définition va permettre au lecteur de plonger au cœur de la place forte.

Pour compléter (très) utilement cette série de quatre articles, Fortification et Mémoire vous recommande la lecture de deux ouvrages. Le premier, celui de monsieur Nicolas Faucherre : la place forte de Mont-Dauphin – L’héritage de Vauban, s’attache à en décrire les aspects techniques avec de magnifiques écorchés des ouvrages de la place forte. Ce livre renferme un DVD permettant d’approfondir, de découvrir ou de visiter certains éléments de la place forte. Le second, celui de madame Bénédicte de Wailly : Mont-Dauphin – chronique d’une place forte du roi. De l’invasion du Haut-Dauphiné en juillet 1692 à 2008, année de l’inscription de la place forte au Patrimoine mondial de l’UNESCO, vous vivrez de l’intérieur, comme une sorte de chronique intime, l’histoire de ce lieu. [Cet ouvrage est disponible aux éditions du net].

De plus, Fortification et Mémoire remercie madame Bénédicte de Wailly qui a pris de son temps pour relire et apporter les précisions nécessaires aux quatre articles consacrés à la place forte de Mont-Dauphin.

 ————————-
Fortification et Mémoire a reçu il y a quelque temps de madame Bénédicte de Wailly  (ancienne élève de l’École pratique des hautes études (sciences historiques et philologiques), docteur en lettres classiques, membre et auteur de la Société d’Études des Hautes-Alpes et collaboratrice du site paysguillestrinworpress.com) un article sur l’ingénieur Villeneuve et sa carte des environs de Mont-Dauphin. Il ne nous en a pas fallu davantage pour nous intéresser à la plus petite commune des Hautes-Alpes. Celle-ci, sur son plateau rocheux surplombant le confluent de la Durance et du Guil, porte une des neuf villes construites ex nihilo par Vauban en 1692. De plus, la place forte de Mont-Dauphin fait partie du réseau des douze sites majeurs de Vauban inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco.
Dans cet article en quatre parties, nous allons parcourir le pays Guillestrin sur les traces de l’ingénieur Villeneuve, traçant sa carte. Délaissant Villeneuve, nous nous promènerons dans la place forte, telle qu’elle se présente en 1885. Et, en quittant ce site magnifique, nous ferons un arrêt à la lunette d’Arçon.

Lire la suite