Les fortifications du Chemin des Dames : le système Séré de Rivières (3/6)

Le général Raymond Adolphe Séré de Rivières (1815-1895), officier du génie, polytechnicien, a une grande expérience des systèmes défensifs. En 1862, il a conçu les défenses de Nice rattachée à la France, puis, en 1864, organisé le camp retranché de Metz et, en 1870, mis Lyon en état de défense. Pendant la guerre franco-allemande, il commande le génie de l'armée de l'Est puis reprend les forts d'Issy, de Vanves et de Montrouge aux Fédérés pendant la Commune. En 1873, il est nommé secrétaire du comité de défense chargé de définir la future organisation de défense des frontières. Son expérience lui permet d’élaborer rapidement un projet En 1874, nommé directeur du Service du Génie au ministère de la Guerre, il est chargé de la construction. Il est destitué en 1880, victime d’une querelle interne à l’état-major général.

Le général Raymond Adolphe Séré de Rivières est né, le 20 mai 1815, à Albi (Tarn) et est décédé, le 16 février 1895, à Paris.

Dans cet article, les documents mentionnés : « Collection Vaubourg Cédric » ou  « Collection Vaubourg Julie » ou « Collection Vaubourg Cédric et Julie » ou « www.fortiffsere.fr » sont publiés avec l’extrême amabilité de monsieur et madame Cédric et Julie VAUBOURG. Ces documents sont extraits de leur site : www.fortiffsere.fr, le site web sur la fortification Séré de Rivières.

Avant de pénétrer à l’intérieur du fort de Condé-sur-Aisne, nous allons nous intéresser au système de fortification développé par le général Séré de Rivières. Un système de défense cohérent tel que l’on en a pas réalisé en France depuis le « Pré carré » de Vauban. Ni la Révolution, ni l’Empire n’ont eu le temps d’étudier et de faire construire un nouveau système fortifié.

La perte de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine au traité de Francfort laissent la frontière nord-est de la France dépourvue de défenses alors que son armée est à reconstruire sur de nouvelles bases. La persistance des tensions avec l’Allemagne faisant craindre une reprise des hostilités dès 1875 et la faiblesse militaire du moment, font opter pour une stratégie initiale défensive. Le système fortifié, datant de Vauban, a fait son temps. L’organisation de la défense des frontières doit être repensée. En juin 1873, Thiers crée un comité de défense destiné à en jeter les bases. Le projet du général Séré de Rivières est mis en œuvre dès son adoption en 1874.

Continuer la lecture

Les fortifications du Chemin des Dames : la Caverne du Dragon (2/6)

Carte postale indiquant l’entrée de la Caverne du Dragon dans les années 1920. La pancarte indique : « Ici entrée de la caverne du Dragon, intéressant à visiter » . Collection Alphonse Hanras, le premier guide non officiel de la Caverne, qui fit éditer une série de cartes postales.

Dans cette deuxième partie d’article, nous allons descendre sous terre. Fortification et Mémoire vous entraîne dans la Caverne du Dragon, une véritable forteresse souterraine. Celle-ci est devenue, aujourd’hui, l’un des hauts lieux de Mémoire de la Grande Guerre sur le Chemin des Dames et sur l’ancienne ligne de front.

Continuer la lecture

Le fort de Bicêtre et son histoire

Fortification et Mémoire vous propose sur la forme d’un flipbook de 368 pages, une contribution à l’histoire du fort de Bicêtre de 1842 à 2013. Contribution, parce que ce livre ne prétend pas à l’exhaustivité et d’autres éléments pourront venir le compléter. Des documents complémentaires sont progressivement ajoutés au bas de l’article.

En voici son avant-propos : « Peu de choses existait sur l’histoire du fort de Bicêtre. Un premier livret de trente-deux pages avait été réalisé en 2002 par des passionnés dans le cadre des journées européennes du patrimoine. Il marque le début de sa mise en lumière.

Cet ouvrage, résultat de cinq années de recherche, vient compléter le précédent. Si  parfois, le récit semble s’éloigner de l’histoire du fort, c’est uniquement pour l’attraper par le petit bout de la lorgnette au travers d’éléments tels que : la fortification parisienne de 1870, l’artillerie, les ballons montés, la conscription et bien d’autres choses que le lecteur découvrira au fil des pages. Sont ici rassemblés des documents rarement publiés ou totalement inédits. L’ensemble est enrichi de très nombreuses photographies.

Nous évoquons également les entités qui, au cours de ces cent soixante et onze années, ont occupé les lieux. Celles-ci ont largement contribué à lui forgé son identité.

Muni de tous ces éléments assemblés, il est désormais possible de rendre hommage à sa Grande Histoire.

Ce livre ne prétend pas à exhaustivité. Il s’agit d’une humble contribution à son Histoire, qui incitera peut être de nouveaux passionnés à la poursuivre. L’histoire du fort de Bicêtre doit continuer à vivre, pour qu’un jour, le fort retrouve sa place qui est la sienne dans l’histoire de France. »

Ce livre est à rattacher aux articles suivants :

  • « 1780, la Marine embarque au fort de Bicêtre » [partie1 / partie 2] ;
  • « Gare à l’étincelle ! (les magasins à poudre de 1840) »  [article] ;
  • « Il était une fois Poncelet ou l’age d’or des ponts-levis » [partie 1 / partie 2].

Nota :

  • pour visualiser le flipbook, pointez sur le symbole « grand écran » à gauche de la barre de commande ;
  •  cliquer sur « Flipping Book Demo », vous renvoie vers le site du pluging. Cette invitation ne peut être désactivée qu’en optant pour la version payante ;
  • appuyer sur la touche « échap » pour sortir de l’affichage plein écran.

Bonne lecture……

[book id=’7’/]